Les différentes techniques d’isolation

Les différentes techniques d’isolation

L’isolation thermique d’un bâtiment doit être réalisée dans les règles de l’art pour atteindre les objectifs de performance fixés par la législation en vigueur. Le choix de la technique est un élément important, car il doit se conformer à plusieurs paramètres.

Quelles techniques pour isoler son habitation ?

Isoler son habitation a plusieurs objectifs. L’intervention permet entre autres de faire baisser sa facture énergétique de manière conséquente, d’améliorer le confort thermique au quotidien, et de supprimer les éventuelles sources d’humidité qui provoquent souvent des problèmes de santé plus ou moins graves. Les techniques diffèrent en fonction de la partie à isoler, de sa configuration, mais aussi des règlements régissant la construction dans la région d’intervention.

La première étape, les vérifications

Avant tous travaux d’isolation, il est indispensable de procéder à diverses vérifications pour s’assurer que l’état des murs, de la charpente ou encore du plancher ne présente aucune faiblesse et que la ventilation fonctionne bien. Cette étape est n’est pas à négliger, car isoler un mur humide ne fait qu’aggraver la situation.

Un mur humide est dû à plusieurs facteurs. L’humidité a plusieurs sources. Elle peut provenir du ruissellement en provenance du toit ou le long des murs, d’une infiltration, ou d’une remontée tellurique. L’identification des causes permettent d’appliquer les solutions les plus adaptées.

La seconde étape, choisir sa technique

Les techniques d’isolation sont nombreuses, mais elles sont subdivisées en deux catégories à savoir l’isolation par l’intérieur et par l’extérieur. Avant de mettre en œuvre l’une ou l’autre méthode, les propriétaires auront à charge de se renseigner préalablement sur le Plan Local d’Urbanisme de leur commune. En effet, certaines communes interdisent l’isolation par l’extérieur ou ITE, si elle modifie l’aspect de la façade.

Isoler par l’intérieur, les différentes méthodes

L’isolation par l’intérieur est la solution pour les bâtiments qui ne peuvent subir de modification par l’extérieur. La technique d’isolation dépend de la partie à isoler disions-nous. Si les combles à isoler sont dits perdus et non accessible, la solution la plus adaptée est celle de l’isolation par flocage. De la laine minérale ou de l’ouate de cellulose est projetée sur le plancher à l’aide d’un outil spécifique. Cette option permet de supprimer de manière efficace les ponts thermiques. A noter que les produits utilisés sont traités pour être imputrescibles et anti-feu.

La seconde technique consiste à isoler les combles (s’ils sont habitables) ou les murs à l’aide d’un système sous ossature métallique. Le matériau isolant peut être couplé à un film pare-vapeur afin de limiter les effets de la condensation. L’isolation sous structure métallique bénéficie de l’Avis Technique du CSTB. Elle convient à tous les supports et peut être utilisée pour renforcer une isolation répartie. Pour qu’une isolation par l’intérieur soit efficace, il convient de mettre en place une ventilation mécanique contrôlée. La ventilation permet de réduire les impacts de la condensation. Par ailleurs, elle aide à assainir l’air intérieur en le débarrassant des agents polluants. 

Si l’isolation par l’intérieur est plus simple à réaliser, elle peut entraîner la réduction de la surface habitable. Il ne faut pas oublier que l’épaisseur d’un matériau isolant est un des paramètres attestant de ses propriétés isolantes.

Isoler par l’extérieur, les variantes

L’isolation de la toiture peut également se faire l’extérieur. Deux techniques sont proposées aux usagers. L’isolation par sarking et l’isolation par détuilage. La première est une technique utilisée pour les charpentes pentues dotées de pannes et de chevrons. Le matériau isolant se présente sous forme d’un panneau rigide qui est installé sur les chevrons. Il faut s’assurer que ces derniers soient assez solides pour supporter le poids des isolants. Il faudra en outre maîtriser la rehausse qui peut s’avérer nécessaire si l’isolant est épais. La solution de l’isolation à l’aide de caissons chevronnés.

La seconde technique d’isolation de la toiture par l’extérieur consiste à faire usage de panneaux portants ou caissons chevronnés. Cette option permet d’avoir une solution trois en un. Elle comporte un panneau isolant, une sous-face décorative et un support destiné à recevoir les matériaux de couverture.

Les murs peuvent également être isolés par l’extérieur. Pour en tirer le meilleur profit, l’opération sera effectuée dans la même foulée qu’un ravalement de façade et réduire ainsi les coûts. Les techniques d’isolation se présentent sous deux formes. La première consiste à une isolation par projection, une solution intéressante pour les murs qui ne sont pas bien plan et qui présentent de nombreuses sources de ponts thermiques. En formant une coquille uniforme et continue autour du bâtiment, l’isolant en flocon obstrue les sources d’infiltration d’air ou de déperdition de chaleur.

L’isolation rapportée est aussi une méthode intéressante qui permet de réduire durablement les déperditions thermiques. Plusieurs types d’isolants sont disponibles. Ils peuvent être en laine de verre, en polystyrène sur structure métallique, en fibres de bois ou encore en panneaux de laine de roche dotés d’un voile minéral.

Bien choisir ses matériaux

Quel que soit la technique choisie pour l’isolation d’un bâtiment, le choix des matériaux ne doit pas se faire à la légère. Il est fortement recommandé de faire l’acquisition de matériaux certifiés Acermi. Ils doivent avoir des propriétés non-hydrophiles et imputrescibles. Il faut s’assurer qu’ils ne se tassent pas avec le temps et au risque de perdre l’intégrité de leurs propriétés isolantes. Outre leur résistance et leur conductivité, la résistance mécanique doit aussi être vérifié, car placés à l’extérieur, les matériaux sont soumis aux chocs, surtout, sur une façade côté rue.

Pour garantir la qualité de la pose et obtenir une aide de l’Etat, telle que le crédit d’impôt pour la transition énergétique ou l’éco-prêt à taux zéro, les travaux devront être confiés à des artisans RGE. Ces derniers seront en mesure de choisir les meilleurs accessoires pour éviter les ponts thermiques. C’est le cas des rosaces adaptées à l’épaisseur des isolants. Le pare-pluie devra, quant à lui, résister aux UV ou classique selon le type de bardage qui sera posé.

Notez cet article:
Faire réparer son faîtage
La prime énergie Pass’Renov : une solution pour to...

Sur le même sujet:

Suivez-nous

Les derniers articles

Pour les professionnels

Recevoir des demandes de devis

Inscription Newsletter